La Mathilde

Montreurs de mots et colporteurs de rêves

Ils sont cinq. Cinq sur scène. Cinq instruments : accordéon, guitare, basse, batterie, saxophone. Ils ont chacun moins de 25 ans mais une énorme maîtrise, déjà, et toujours l’énergie, la sensibilité et la colère de leur jeunesse…

En 2009, La Mathilde sort leur premier opus "Je veux comprendre", album de chansons sur des mélodies incisives et énergiques, influencé par les Têtes Raides ou Yann Tiersen, rencontres qui les ont profondément marqués. Le second album de la Mathilde "Equilibriste" est résolument plus rock, façon rock à textes explosifs, courant alternatif. Car La Mathilde aime aussi Les Clash, Les Pogues... ou Dominique A.

La Mathilde a du caractère. La Mathilde se prend comme un bateau prend la mer. Il émane de son jeu, de ses textes, une poésie qui s’apparente à la houle. Ce n’est pas Charles Baudelaire, c’est une écriture plus proche d’aujourd’hui qui assume ses références et ses rêves.
La Mathilde y évoque ses valeurs, ses opinions, ses choix mais toujours dans une essence brute en s’efforçant de rester intègre.

Mais La Mathilde n’oublie jamais de laisser la part belle à son sens mélodique, tous instruments dehors, cuivre et guitare électrique en avant. Les fins de morceaux se font plus instrumentales, La Mathilde nous emporte alors dans un tourbillon de notes où la voix du chanteur se fait silencieuse, comme pour nous laisser la place et nous laisser entendre cette interrogation : et vous, tiendrez-vous debout face à la tempête ?